Pleins feux sur les marchés

Par Patrycja Drainville, Directrice associée, Finance durable, Banque Scotia

Ces deux dernières années, les investisseurs se sont intéressés de plus près aux questions de genre et de diversité et des entreprises ont pris l’engagement de changer les choses en se fixant des objectifs significatifs en matière de diversité, d’équité et d’inclusion. Dans la littérature, on ne s’intéresse plus autant à la corrélation entre la diversité des genres et le cours des actions qu’aux avantages, du point de vue des affaires, de l’égalité des genres quant à la gestion efficace des risques, la résilience et l’innovation, l’amélioration de la culture et les répercussions positives globales, tant sociétales qu’économiques. L’égalité des genres, c’est bon pour tous et c’est bon pour les affaires.

La prise de conscience de l’importance de l’égalité des genres et l’adoption de mesures en ce sens par les organisations ont été un bon début, mais force est de constater que les efforts ne sont pas généralisés et que les progrès vers la parité demeurent inégaux. À la fin de 2021, l’International Capital Markets Association (ICMA) a révélé l’immense potentiel du marché obligataire comme moyen de financer la progression de l’égalité des genres, essentielle à un développement économique durable. En conséquence, et dans le cadre d’un effort plus vaste visant à assurer une meilleure compréhension pour les participants au marché obligataire, l’ICMA, en partenariat avec la Société financière internationale (IFC) et ONU Femmes, a publié un guide1 sur la façon dont les instruments de créance durables peuvent faire progresser l’égalité des genres dans les secteurs public et privé.

Rôle de la finance durable

La finance durable propose de nouveaux moyens de tirer parti des marchés financiers pour aborder des enjeux sociétaux importants. À l’instar des obligations vertes, qui permettent de promouvoir des investissements en vue d’améliorer l’empreinte environnementale d’une entreprise dans des domaines tels que la gestion des déchets ou la réduction des émissions, des instruments de créance ciblés peuvent influer positivement sur divers enjeux sociétaux, dont l’égalité des genres. Les émetteurs qui souhaitent mettre en circulation des titres thématiques ont le choix entre divers types d’instrument selon les résultats qu’ils souhaitent obtenir en matière de durabilité, notamment des obligations dont le produit de l’émission est affecté à une cause et des obligations à vocation durable. Par exemple, une entreprise pourrait utiliser le produit de l’émission d’obligations sociales pour financer des projets visant à s’attaquer à des enjeux d’égalité des genres au sein de son personnel ou dans sa chaîne d’approvisionnement. Les obligations à vocation durable, qui sont des instruments fondés sur le rendement, peuvent encourager les émetteurs à atteindre des résultats sur le plan de la durabilité et, lorsqu’elles visent à atteindre des objectifs fondamentaux, pertinents et ambitieux en matière d’égalité des genres, elles peuvent être un puissant moteur de changement dans toute l’organisation.

Les investisseurs recherchent des instruments financiers innovants qui répondent à des enjeux sociaux. Des organisations et institutions de premier plan ont adopté le financement par titres thématiques afin de montrer qu’elles concrétisent leur engagement envers la durabilité en y consacrant du capital. À titre d’exemple, en avril 2021, la Banque asiatique de développement, qui a fait de l’accélération des progrès en matière d’égalité des genres dans la région Asie-Pacifique l’une de ses sept priorités d’exploitation, a lancé coup sur coup des obligations axées sur les questions de genre sur les marchés obligataires en dollars australiens et en dollars canadiens2. En avril également, la Banque Scotia a participé à l’émission d’obligations sociales axées sur les questions de genre du FEFA (Fondo Especial para Financiamientos Agropecuarios3), une institution de développement du secteur agricole au Mexique qui prévoit d’offrir du crédit de financement destiné à des femmes et à des entreprises dirigées par des femmes. Du côté des grandes entreprises, Southern Company, importante société d’électricité et de services publics dont le siège est aux États-Unis, a élaboré un cadre de financement durable qui prévoit, pour chaque émission, une catégorie de dépenses réservées à la création de nouvelles possibilités pour les fournisseurs de petites entreprises, dont des entreprises appartenant à des femmes4. Et à la fin de 2021, la Banque Scotia a élargi la portée de son cadre de référence des obligations durables pour ajouter de nouvelles catégories tenant compte d’enjeux sociétaux tels que les questions de genre, notamment en prévoyant du financement pour des entreprises détenues par des femmes5.

Viser l’égalité des genres aujourd’hui pour un avenir durable

À la Banque Scotia, nous reconnaissons le rôle important que le financement peut jouer dans l’égalité des genres, tant dans le secteur public que privé. Les investisseurs et les émetteurs peuvent recourir à des véhicules de financement durable, tels que des obligations sociales ou des obligations à vocation durable, afin d’intensifier leurs efforts et leurs investissements en faveur de la parité des genres et de l’amélioration de l’avancement socioéconomique des femmes. Pour les émetteurs, ces solutions permettent de concrétiser leur leadership en matière d’égalité des genres, de diversifier leur base d’investisseurs et, ce qui est tout aussi important, d’exploiter de nouvelles sources de financement pour accélérer le progrès dès aujourd’hui, pour l’avenir de tous.

 

Pour en savoir plus, communiquez avec :

Patrycja Drainville
Directrice associée, Finance durable

Phone: 437-533-4745